Expertise corporelle - le moment crucial de l’indemnisation des victimes Parce que c’est en étant bien entouré qu’on peut être justement indemnisé.

Que l’on soit victime d’une agression, d’un accident de la circulation, d’une erreur médicale ou tout simplement d’un accident de la vie, il faudra, pour obtenir une indemnisation, réaliser une expertise corporelle.

Cette expertise peut être judiciaire ou amiable.

En effet, il n’est pas toujours indispensable, pour percevoir une juste indemnisation de ses dommages, d’initier une procédure contentieuse.

Lorsqu’on a identifié un responsable et que celui-ci est assuré, il est parfaitement possible, à l’issue d’une procédure amiable, d’aboutir à une juste réparation.

Il faut toutefois être vigilant puisque le médecin expert amiable est rémunéré par la compagnie d’assurance.

Il est donc indispensable, dans ce cadre, d’être assisté de son propre Conseil et de son médecin.

L’égalité des armes est alors rétablie, la victime disposant de l’assistance nécessaire pour que ses droits soient justement défendus devant le médecin expert.

Dans l’hypothèse d’une expertise judiciaire, l’impartialité de l’Expert désigné est garantie par la procédure et cela est propre à rassurer la victime.

Toutefois, il n’est pas concevable pour celle-ci de se rendre seule à ce rendez-vous si crucial pour la suite de son indemnisation.

La victime doit là aussi être assistée de son Avocat et éventuellement de son médecin conseil. Elle ne doit pas s’y rendre seule. Elle ne peut, en effet, endosser tous les rôles. En tant que victime, il va lui être demandé de se replonger au temps de l’évènement traumatique, d’expliquer ce qu’elle a ressenti puis comment elle a vécu sa convalescence.

La victime est donc en première ligne. Il est important qu’elle puisse être dégagée des discussions médico-légales afin d’être disponible pour exprimer son vécu. Cette participation active, est très précieuse et n’est pas de qualité lorsque la victime essaie de cumuler les rôles.

Au-delà de ces considérations, la victime ne peut maîtriser les discussions médico-légales, très techniques et subtiles.

En effet, qu’elle soit amiable ou judiciaire, l’expertise doit être minutieusement préparée afin que tous les préjudices soient travaillés, justifiés et puissent être utilement évoqués et débattus avec le médecin expert.

L’accompagnement de la victime au cours des opérations d’expertise est donc une nécessité.

P.-S.

Maître Catherine POUZOL, Avocat au Barreau de LILLE, spécialiste en droit du dommage corporel, met un point d’honneur à assister l’intégralité de ses clients lors de cette étape cruciale.

Elle s’est par ailleurs attachée à tisser un réseau pluridisciplinaire avec des médecins conseils de victimes lui permettant de proposer à ses clients l’assistance médicale la plus adaptée à sa situation.

Me Catherine POUZOL, Avocat au Barreau de LILLE